La Femme du métro

Lire un
extrait
Mènis Koumandaréas

La Femme du métro

La Femme du métro est un de ses livres touchés par la grâce.

Alain Beuve-Méry Le Monde des livres, 5 août 2010

Fin d’hiver dans l’Athènes des années 70. Une femme mariée de quarante ans et un étudiant de vingt ans se retrouvent tous les soirs dans le même métro. Brève rencontre, amour impossible.
Une histoire toute simple en apparence, racontée par l’un des grands romanciers grecs, Mènis Koumandarèas, qui déploie là ses thèmes de toujours : beauté de la jeunesse, hantise du vieillissement, vies gâchées, mélancolie, amertume.
Un écrivain au sommet de son art et un portrait de femme inoubliable.

Ce bref roman fait vivre avec une grâce et une sensibilité rares un magnifique personnage d’amoureuse. […] Un enchantement de bout en bout.

Eléonore Sulser Le Temps, 14 août 2010

La Femme du métro est un court, très court roman de Mènis Koumandarèas. Un récit sur l’entre-temps, l’entre-deux. Une sorte d’échappée mélancolique, douce-amère.

Martine Laval Télérama.fr, 7 juin 2010
Acheter ce livre Lire un extrait Partager
Mènis Koumandaréas Mènis Koumandaréas

Mènis Koumandaréas

Mènis Koumandarèas est un écrivain grec né le 4 janvier 1931 à Athènes et assassiné le 6 décembre 2014 dans cette même ville. Il est considéré comme l’un des gr...

Lire plus

La Femme du métro est un texte qui peut se lire de plusieurs façons. Il donne à réfléchir au temps qui passe, aux mensonges que l’on se raconte, à la féminité, à l’incommunicabilité […] On ressort de ce texte bercé par une musicalité envoûtante.

William Irigoyen Le Poing et la Plume

Une splendide miniature, une « vraie odyssée » en mode mineur dont les arabesques finement ciselées rappellent davantage l’errance quotidienne de Leopold Bloom à travers Dublin que les déboires d’Ulysse peinant à repérer Ithaque parmi les récifs de la mer Égée. Heureux qui, comme Koùla, a fait un beau voyage…

Corina Ciocârlie Le Jeudi (Luxembourg), 29 juillet 2010

Parler de l’intime et de la subtilité des sentiments sans oublier les paramètres sociaux. La publication de La Femme du métro comble un manque.

Inventer une voie étroite mais sûre, entre l’indifférence des uns et la soif de liberté des autres, au moment même où son livre s’écrit, un an après la fin de la dictature.

Jacques Josse remue.net

Heureux le lecteur qui fera un beau voyage avec ce tout petit livre qui est pourtant un grand roman.

On ne peut s’empêcher de se laisser prendre au charme de ce petit texte de soixante pages qui décrit si bien le moment où l’on est prêt à basculer dans une aventure même si l’on sait qu’elle est sans lendemain.

Une impossible histoire d’amour entre une femme mariée et un jeune étudiant dans l’Athènes des années 70. Quel style, quelle écriture !

Librairie la Manœuvre, Paris

Un texte d’une grande sensibilité où la musicalité vous berce tout au long du récit et où les personnages en quelques pages prennent une dimension magnifique.

L'Echappée belle, Sète, juin 2010

Une histoire simple et forte dans le Athènes des années 70. Koula, 40 ans, s’assied tous les jours dans le métro en face d’un jeune étudiant. Jeu de regards, petites phrases, chaque jour ils se rapprochent… jusqu’à ce que se produise l’impensable.
En quelques pages magnifiquement écrites et infiniment pudiques, on plonge dans la psychée féminine. L’écriture de Mènis Koumandarèas a quelque chose de magique et d’envoûtant : le bonheur et la jeunesse ne sont que songes éveillés qui passent à toute allure, tandis que la vie s’étire sans fin.
Son héroïne, un temps chamboulée, reste droite même dans ses doutes, c’est ce qui fait sa beauté.

Maya Flandin Librairie Vivement Dimanche, Lyon

Cette brève histoire qui pourrait être des plus banales nous est livrée avec un ton juste et mélancolique à la fois. On y retrouve les deux grands thèmes chers à l’auteur: le charme de la jeunesse et la hantise du vieillissement.
La qualité et la puissance de ce texte, écrit par Ménis Koumandaréas en 1975 en font un classique de la littérature grecque.

Les lumières du gouffre […] La Femme du métro peut se lire d’un trait en n’importe quel lieu — debout, assis ou en marchant —, et laisse à chacun, une fois tournée la dernière page, tout le temps qu’il faut pour questionner sa propre vie.

Une rareté, une merveille à ne rater sous aucun prétexte. La rencontre d’un jeune homme et d’une femme mûre dans le métro d’Athènes. Occasion pour l’auteur de reprendre et développer ses thèmes favoris : l’amour incertain, la fuite du temps et la brièveté de la jeunesse.

Daniel Martin La Montagne, 27 juin 2010

L’amour contre toute attente. Ce récit qu’on lira d’une traite et en une heure de temps nous saisit de manière sourde et lancinante, parce qu’il dresse le portrait très touchant d’une femme ordinaire, vertueuse, résignée, raisonnable et passionnée, et parce qu’il condense le temps et les impressions avec une précision psychologique littérairement exemplaire.

Marc Villemain Le Magazine des livres, septembre-octobre 2010

Ce texte frise ouvre sur des milliers de regards, d’effleurements de la pensée, de secondes d’attente, de tours de roues d’espérances, de moments de solitude et de réflexion introspective.

L’histoire de ce livre est toute simple, l’auteur la déploie dans son évidence. Planifiez-vous une heure de lecture, vous n’en reviendrez pas.

Un texte formidable !

Colette Kerber Les Cahiers de Colette, Paris

D’une histoire a priori banale, Koumandaréas réussit à nous émouvoir et nous donner un magnifique portrait de femme…

François Pulazza La Part du rêve, Genève