Quitter Hurlevent
Laurence Werner David

Quitter Hurlevent

Sélection : Prix François Billetdoux 2024.

Vibrant ! Mots tendus dans le vide entre deux êtres […] Faire parler, comme rarement on a pu le lire, les ombres fantasques d’enfants qui ne vieilliront pas.

Juliette Einhorn Le Monde

Lucie est psychiatre. A la faveur du hasard, elle recroise Hector, qu’elle a eu pour patient quinze ans plus tôt, alors qu’il était encore enfant. Fascinée par son opacité et par leur relation magnétique, elle se laisse emporter dans son histoire familiale avant qu’Hector ne disparaisse brutalement.
Elle part jusqu’en Angleterre, enquêter sur la relation de celui-ci avec un père toxique, qui faisait rejouer à ses enfants l’histoire des Brontë, plongeant ses propres descendants dans les névroses et le romantisme noir de l’illustre famille d’artistes.
Roman sur la beauté et le danger de vivre, aussi tourmenté que captivant, Quitter Hurlevent met en place une intrigue, sentimentale et familiale, pleine de ce mystère qui caractérise les écrits de Laurence Werner David.

Une image pourrait figurer le texte de Laurence Werner-David, celui du caillou jeté dans une étendue d’eau calme. La pierre s’enfonce, entraînant avec elle son énigme, que les ondes circulaires à la surface signalent, aux crètes de plus en plus espacées, mais néanmoins présentes et conséquentes. Image d’une écriture, mais image également de la littérature et de ses effets que Quitter Hurlevent se voue à interroger, dont les vibrations résonnent pour le lecteur bien après la lecture et qui dessinent parfois, comme pour la famille Wolpe, les cercles d’un enfer.

Eloïse Lièvre AOC

Quel roman dense et limpide, comme un torrent qui descend de la montagne irrémédiablement vers la plaine, vers la mer. Un rythme impitoyable qui mène les personnages vers leur destin. Et avant tout Hector, bien sûr. Figure tragique dont la «sauvagerie» fait écho à celle de Heathcliff mais bien différente aussi. Pris dans l’intrication d’une filiation doublement niée, celle du père fantasque qui perd sa paternité et celle du fils volé — que ce soit réel ou non. La narration à la fois éclatée et rassemblée. Lucie et sa complexité — est-elle spectatrice ou actrice des destins ?

Cécile Wajsbrot, romancière, traductrice et essayiste
Partager
Laurence Werner David Laurence Werner David

Laurence Werner David

Laurence Werner David est née en 1970 à Angers. Elle a étudié la psychologie clinique et la littérature à l’Université Paris V. Après avoir travaillé comme clinicienne en milieu...

Lire plus

Fascinant roman dont on se surprend à ne pas attendre de destination tant on savoure le voyage, mené sur un fil ténu où tout est sujet à interprétation. L’écriture élégante et habile sculpte le pouvoir magnétique de ce texte, qui s’empare de l’esprit du lecteur même au repos, le préparant à la révélation, malgré tout, et à ses risques et périls. Captivant et profondément littéraire.

Nicole Grundlinger Mots pour mots

Dans une prose pleine de mystère, comme en attente derrière l’insuffisante simplicité de ce qu’elle raconte, dans son trouble et sa tension, Laurence Werner David nous plonge dans le perpétuel transfert de la fascination, face à cette contondante intensité du vécu à laquelle nous ne serions nous soustraire. Quitter Hurlevent est un récit hanté, plein de projections, de désir comme pour mieux en explorer, toujours avec cette douceur de l’absence de jugement, les failles et obscurités.

Marc Verlynde La Viduité

Il y a toujours chez Laurence Werner David une sorte d’épaississement des actes et des pensées, ses personnages vivent avec une terrible acuité les gestes, les regards, les mots échangés, se tenant sur le seuil de gouffres ou de révélations. De livre en livre, elle questionne inlassablement les zones d’ombres des histoires familiales, les legs de névroses, le lien entre les êtres, la naissance de l’amour, l’intimité d’autrui. La lire, c’est faire l’expérience d’une narration hypnotique où un regard peut changer une vie.

Eric Pessan, romancier

C’est un roman à l’ambiance palpable, à la tension continue, qui donne toute latence à l’imagination lecteur. Les non-dits, les interprétations, les relations fusionnelles, des personnages, leurs destins en miroir ou parallèles, tout participe à cette atmosphère légèrement trouble et nébuleuse.

Good books, Good friends

Tout en intensité et tension, le roman de Laurence Werner David nous montre comment un être, un lieu, une œuvre, peuvent laisser leur empreinte, au point de bouleverser le cours d’une existence. Entre élans et tourments, il illustre magnifiquement ce qu’est le vertige de vivre.

Christophe Gilquin L'Atelier 20, Paris

Un roman qui se lit d’une traite, tant l’intrigue rebondit, sur fond de descriptions d’un Yorkshire envoûtant […] Qui explore en une série de variations un thème obsédant, la folie d’aimer […] et, sans les juger, les frontières fragiles du psychisme.

Fascinant. Un roman atmosphérique très réussi, et qui ne laisse pas de marbre. Une belle découverte de cette rentrée littéraire.

Clémence Une autre page, Croissy-sur-Seine

Un roman qui vous prend, vous happe et qu’on ne lâche plus. Un roman sur la difficulté d’exister, sur le pouvoir de la littérature et la beauté des landes anglaises.

Les Passeurs de mots, Sarzeau

Laurence Werner David déploie une histoire complexe où la violence des passions contraste avec la douceur de l’écriture.

Librairie A l'ouest, Paris

C’est un gros coup de cœur, aussi bien pour l’histoire que pour l’écriture.

Les Passeurs de mots, Sarzeau