Infini — l'histoire d'un moment

Lire un
extrait
Gabriel Josipovici

Infini — l'histoire d'un moment

Prix Laure-Bataillon 2016

Le portrait idéalisé et contrasté de l’artiste en tant que génie solaire et monstre tyrannique.

« Le piano n’est pas un instrument pour jeunes filles, Massimo, c’est un instrument pour gorilles. Seul un gorille a la force d’attaquer un piano comme il devrait être attaqué, défier le piano comme il devrait être défié. »

Noble, riche et excentrique, Tancredo Pavone est un compositeur d’avant-garde dont la vie est rapportée par Massimo, son ancien majordome. Massimo se souvient de l’ego bien trempé comme des opinions très tranchées de son maître, donnant parfois le sentiment de ne pas avoir tout à fait conscience de ce qu’il dit. Vérité ou imagination ? Au fil de ses propos surgit le portrait complexe et contrastée de Pavone — un homme qui donne voix à la musique en lui —, et le lien très singulier qui lie deux hommes socialement aux antipodes.
Infini — l’histoire d’un moment décortique le processus créatif musical sans rien perdre de l’originalité de son « sujet », hors norme, parfois jusqu’au comique.

Josipovici connaît la musique. Infini, roman allegro et barbaro.

Eric Loret droguistes.fr

Une œuvre spirituelle et musicale à l’architecture riche et complexe.

Pierre Ménard liminaire.fr
Acheter ce livre Lire un extrait Partager
Gabriel Josipovici Gabriel Josipovici

Gabriel Josipovici

Romancier, dramaturge et critique contemporain britannique, Gabriel Josipovici est né à Nice en 1940 de parents russo-italiens romano-lévantins, qui vécurent les années de guerre comme réfugiés juifs...

Lire plus

Entretien L’instant présent est-il le véritable objet de la nostalgie dans ce beau roman ?

Steven Sampson En attendant Nadeau

Gabriel Josipovici : « La voix qui raconte doit devenir quelque chose de contestable. »

Entretien avec Alain Nicolas humanite.fr

Une traversée d’un siècle de modernité, souriante et féroce.

Alain Nicolas l'Humanité

Portrait de l’artiste en rageux.

Le musicien Giacinto Scelsi inspire un monologue fascinant… Cette quête de la beauté et de l’intériorité, au-delà de la culture et de la pensée, est passionnante de bout en bout.

Isabelle Rüf Le Temps

Un jeu virtuose […] Hymne à la joie, à l’amour et à l’harmonie, à la liberté d’expression et de création, à l’impulsion et à l’émerveillement…

Arraché aux confidences de son serviteur, le parcours d’un compositeur rageur et obsessionnel, en 150 énormes pages.

La miraculeuse capacité à retrouver l’essence même d’un temps perdu.

Roman de l’exigence et de la résistance… Infini est un roman voyageur.

Philippe Chauché La Cause littéraire

D’où vient la grâce troublante des œuvres de Gabriel Josipovici ? [… ] Avec Infini, la littérature parvient à ce « moment » où est inscrit son point de non-retour. Elle peut enfin commencer.

Frédéric Fiolof La Marche aux pages

Une psalmodie dont émerge, quintessencié, l’art subtil de dire.

Emmanuel Requette Librairie ptyx (Ixelles)

Il faut que j’écrive un billet sur un livre merveilleux.

Philippe Annocque Hublots

Voilà une langue qui n’est pas pour les moutons…

Dominique Boudou Jacques Louvain

Ce roman envoûtant et passionnant.

Jacques Josse remue.net

Le parcours d’un compositeur, immense et dérisoire, raconté par la voix de son fidèle majordome : une nouvelle merveille signée Josipovici.

Ce roman irrésistible et profond […] Un petit livre, un simple dialogue, mais une prose qui vous accompagnera longtemps et bien loin.

Les règles de l’art. Fin lettré, Gabriel Josipovici s’interroge sur la fonction de l’artiste.

Véronique Rossignol Livres-hebdo, 11/12/2015

Ce roman mystérieux et brillant.

Chronique radio Une vie entière qui déborde cette borne que constitue l’existence humaine, de la naissance et de la mort… Un texte qui m’a vraiment envoûté, captivé, saisi et entraîné dans cette spirale de l’infini. Et on vous invite à y plonger.

Gabriel Josipovici, de texte en texte, construit un univers où il est bon de se perdre au détour d’une page et de flâner aux côtés de ses personnages.

Comme un chercheur dans son laboratoire sur l’art…

Cet entretien plein d’ironie dissimule un « tour du monde » de la musique et nous fait comprendre comment elle est créée. Les amateurs de musique auront plaisir à reconnaître la figure centrale ; les autres apprendront tout ce dont ils ont besoin, et plus encore, sur un extraordinaire compositeur et sur l’angoisse du moment musical dans lequel il a vécu et travaillé.

Judith Weir

Merci pour ce livre passionnant, subtil, formellement inventif, un grand plaisir de lecture.

Jacques Roubaud

Un Docteur Faustus de notre temps. Tout comme le grand roman de Thomas Mann, Infini nous explique comment notre époque musicale se reflète dans les processus de création d’un compositeur, tandis que la structure du roman est elle-même un parallèle de son esthétique. Il est rare de trouver un livre qui pénètre aussi profondément dans le monde de la composition.

Jonathan Harvey

Un tour de force de démence ironique fondé sur une immense culture, un livre très drôle, extrêmement sérieux, critique cinglante du modernisme dans ce qu’il a de grotesque et de sublime tout en l’admirant profondément. Infini est un livre rare — un roman sur un musicien de génie qui nous convainc de son talent et, malgré son égoïsme monstrueux et ses théories fumeuses, nous finissons par l’apprécier et par l’applaudir.

Howard Jacobson