Pas Liev

Lire un
extrait
Philippe Annocque

Pas Liev

Ce livre est véritablement à part. Roman si l’on cherche à le classer dans la vieille armoire générique, texte si l’on en souligne l’intempestive modernité, performance si l’on veut saluer la réussite de l’écrivain.

Jean-Didier Wagneur Libération, 24/12/2015

Liev se rend à Kosko pour y assurer l’honorable fonction de précepteur.
Ou peut-être pas. A Kosko, Liev vivra aussi une belle histoire 
d’amour. Ou peut-être pas. Le monde est opaque, à moins que ce ne soit l’homme. L’opacité est une maladie mentale. Ou peut-être pas.
L’impossible reconnaissance — sociale, professionnelle, sentimentale ou simplement de soi-même — est au cœur de ce roman, mais vue à travers le microscope vertigineux des monstruosités minuscules.
Avec Pas Liev, Philippe Annocque signe son retour au roman dans une veine sensiblement expressionniste.

Dense et inquiétant, Pas Liev est une fascinante marche au bord du gouffre, où le langage est notre seul garde-fou.

Alain Nicolas L'Humanité

Philippe Annocque dérègle subtilement sa mécanique romanesque, il renverse la perspective et le lecteur vacille.

Acheter ce livre Lire un extrait Partager
Philippe Annocque Philippe Annocque

Philippe Annocque

Pas bien sûr d’être un, dubitatif quant à la mention « Du même auteur » qui commence à accompagner ses livres, Philippe Annocque répond cependant quand on l’appelle par ...

Lire plus

Un texte fascinant, essentiel, mythique, dont l’écriture, à travers des structures répétitives, traduit de façon très expressive l’enfermement de l’homme dans sa terrible folie ou son immense lucidité.

Marie-Laure Vanier Lire au lit

Depuis une dizaine d’années, Philippe Annocque construit une œuvre exigeante, bourrée de références littéraires, qui évite pourtant toujours l’écueil de l’hermétisme. Dans son dernier roman, Pas Liev, il donne vie à un anti-héros au bord du gouffre, héritier de Kafka et de Beckett.

Osciller entre comprendre et se conformer, jusqu’à la folie.

Dans Pas Liev, Philippe Annocque glisse du récit étrange, un peu comique, à un effroi parfaitement maîtrisé

Isabelle Rüf Le Temps

Un livre comme pas un. Comme Pas Liev. Un livre délirant, délivrant, cathartique.

140 pages suffisent à faire un bon livre. Il suffit de lire Pas Liev pour s’en rendre compte.

Guillaume Contré L'Escalier des aveugles

Annocque réussit cette prouesse, alors que tout vacille, de nous faire avancer dans une histoire qui nous aspire de la première à la dernière page.

Frédéric Fiolof La Marche aux pages

L’étrange et fascinant roman de Philippe Annocque, dont je découvre l’œuvre…

Claire Laloyaux Aquarium vert

Philippe Annocque nous plonge dans un absurde poétique et inquiétant nous laissant pantelant, presqu’effrayé par ce qu’on croit comprendre de Liev et peut-être de nous-mêmes…

Pas Liev de Philippe Annocque, dans un exercice de style superbement maîtrisé, pétrit et pétrit encore, jusqu’à l’obsession, cette pâte molle du réel qui échappe au réel.

Avec une étonnante économie de moyens, et dans la lignée de Beckett et de l’étrange Épépé de Ferenc Karinthy, Philippe Annocque nous offre un roman vertigineux.

Romain Verger membrane.tumblr.com

Inclassable, dérangeant et fascinant.

Laurent Gourlay La Rédaction du CDF

Un livre rare et épatant. On en sort sonné et admiratif.

Jacques Josse remue.net

Il semble que le jeu de désordonnement du monde d’Annocque fonctionne à merveille.

Le Préfet maritime L'Alamblog

Au cœur de ce qui fait pour partie le sel de ce Pas Liev : l’incertitude.

Emmanuel Requette Librairie ptyx (Ixelles)

Ce livre est une vraie découverte pour moi, une autre façon d’utiliser les mots pour impacter les lecteurs bien confortablement installés dans des styles lissés d’une littérature trop sage. Philippe Annocque manipule et ça décrasse.

Laetitia de Guiche Au pouvoir des mots

Pas Liev est un roman à l’écriture ciselée et ourlée, où chaque mot est pesé comme de la poudre d’or par l’écrivain orfèvre.

Philippe Chauché La Cause littéraire

Philippe Annocque multiplie les procédés pour mener un récit qui nous emporte avec lui au même rythme que son personnage…

Bruno Fern libr-critique

Le troublant brouillard des mots et de la folie.

Chronique radio L’une des forces de Philippe Annocque, c’est de nous faire constamment vaciller sur notre assise..

Nicolas Delescluse Paludes

Parce que c’est la folie En un récit tressautant, Philippe Annocque invente un personnage sans horizon dont il nous demande de deviner la situation.

Acrobatique, poignant et réussi.

Anne Vivier Racines

Ce long monologue nous conduit vers une fin, un peu comme dans des Souris et des hommes, sauf que nous sommes avec George du début à la fin et qu’il n’y a pas de Lennie pour le protéger.

Vous m’avez bousculé, Monsieur Annocque. Et j’ai aimé ça.

Un univers fascinant et obsessionnel..

Intriguant, réjouissant, captivant et terrible, l’un des plus beaux chocs de cette année.

Charybde 7 Librairie Charybde, Paris.

Une histoire de fou «ou peut-être pas» mais pour le moins saisissante, virtuose et lue d’un trait.

Eric Darsan libraire bloggeur

Très beau moment de lecture, étrange comme de passer la tête dans un stroboscope en marche, que ce nouveau Philippe Annocque.

Guénaël Boutouillet

Le choix du point de vue narratif, une vision ultra-rétrécie, invite le lecteur au cœur des inexplicables raisons d’un acte inconcevable et pose dans ces quelques pages, simples, précises et d’une grande poésie, de ce court roman, la question fondamentale de la considération dans les rapports humains… Très belle découverte!

Comme c’est étrange, Pas Liev, insaisissable, un rêve dont on peine à se souvenir, un oiseau qui ne s’est pas encore posé mais ne vole déjà plus ; le temps se serait-il figé ? Notre existence est donc une anomalie, un trou dans le grand tout. Pas Liev est fragmentaire, non pas formellement mais fondamentalement. Il est à la fois drôle et inquiétant, absurde et terrifiant. Annocque : entre Beckett et Kafka, peut-être plus proche de Pinget à la réflexion.

Pierre Barrault Librairie La belle Lurette, Paris