à paraître
La Confession

Lire un
extrait
John Herdman

La Confession

Le meilleur roman de Herdman à ce jour.

Carl MacDougall The Herald

Ecrivain aguerri mais pauvre, Leonard Balmain accepte par contrat de rédiger anonymement l’autobiographie de Torquil Tod, un homme mystérieux et insaississable. Au fil de ce que ce dernier lui confesse et des révélations de plus en plus sinistres qu’il est tenu de coucher sur le papier, Balmain réalise qu’il en sait trop. L’histoire mouvementée de Tod le mène-t-elle à sa propre perte ?
Roman ironique et parfaitement maîtrisé, La Confession évoque le Dostoïevsky de Crime et Châtiment et confirme aussi John Herdman comme le digne successeur de James Hogg et R.L. Stevenson dont il s’affranchit avec esprit.

Traduit de l’anglais (Ecosse) par Maïca Sanconie

Un conte sombre de mise en garde, complètement convaincant et plein de l’inébranlable sens de l’ironie et de la pique satirique aiguë de Herdman.

Brian McCabe The Scotsman

Les mémoires maniaques de Hogg et Stevenson retrouvent les théories postmodernes qu’il ont anticipées… La Confession examine avec habileté les paradoxes du récit lui-même… Le roman arbore sa sophistication intellectuelle avec légèreté.

Gavin Wallace Chapman
Lire un extrait Partager
John Herdman John Herdman

John Herdman

John Herdman est né à Edimbourg en 1941. Diplomé de Cambridge où il a effectué ses études supérieures, il a été très impliqué dans la question du nationalisme écossais, tan...

Lire plus

— Un écrivain au sommet de son art, avec esprit et subtilité.
— La mise en abyme d’un roman parfaitement maîtrisé sur la question du double.
— Un style dense et ironique, qui sert ce dessein à la perfection.