Dans les ombres sylvestres

Lire un
extrait
Jérôme Lafargue

Dans les ombres sylvestres

Un jeune narrateur tourmenté par ses ancêtres rebelles… Jérôme Lafargue manigance une intrigue vertigineuse.

Martine Laval Télérama

Un homme sauvage, jeteur de sorts, venu d’un nulle part archaïque et terrifiant, s’installe à Cluquet, petit village pris entre l’océan et une forêt tout aussi immense. On l’y craint comme on profite de ses dons, jusqu’à ce que la guerre l’emporte comme des millions d’autres. Mais ce révolté dans l’âme a-t-il tout à fait disparu ?
Audric, son arrière-petit-fils, éprouve d’énormes difficultés à assumer cette ascendance pesante, dans un hameau désormais abandonné par la faute de son aïeul et de sa magie funèbre, mais qu’il ne peut lui-même se résoudre à quitter. N’est-il qu’un fétu de paille ballotté par l’histoire sombre de sa famille ? Ou quelqu’un d’encore plus inquiétant, esprit insurgé porteur d’un destin qui le dépasse?
Dans les ombres sylvestres n’est pas seulement une ode à la forêt et ses enchantements. C’est aussi le portrait à fleur de peau d’un homme fragile, amoureux, et désespéré à l’idée de ne pas être à la hauteur d’ancêtres hors du commun dans un monde qui se disloque jour après jour.

Sélection Prix Wepler 2009

Protéiforme et instable comme du Bolaño.

Olivier Lamm Chronicart

Vif, surprenant, captivant et (malicieusement) déroutant.

Jacques Josse remue.net
Acheter ce livre Lire un extrait Partager
Jérôme Lafargue Jérôme Lafargue

Jérôme Lafargue

Jérôme Lafargue est né en 1968 dans les Landes. Il est l’auteur de L’Ami Butler (Prix Initiales 2007, Prix ENS Cachan 2008, Prix des lycéens 2008 Fondation Prince P...

Lire plus

Un univers foisonnant et inextricable […] Une œuvre atypique à découvrir.

Des complots de silence et d’odeurs, de l’insoumission mâtinée d’enchantements… Le deuxième roman de Jérôme Lafargue libère un monde inquiétant.

Un charme vénéneux entoure ce texte hors mode dans lequel les forces occultes resurgissent […] Il ne faut pas être rebuté par la richesse et l’étrangeté de Dans les ombres sylvestres tant son charme noir s’avère communicatif.

Alexandre Fillon Lire, novembre 2009

Une force subversive qui semble habiter et nourrir ces textes.

Antonio Werli Le Fric Frac Club

Un roman surprenant, servi par une écriture exigeante.

C.LE La Croix, 10/09/2010

Ce livre précieux est d’une envergure exceptionnelle. Il fait du bien au corps et à l’esprit. Il porte haut l’étendard des espérances pour qui sait voir ses racines et anticiper le futur en reliant les deux.

Evelyne Libfly.com

Il y a, dans les pages de ce beau roman magnifiant la puissance d’une nature s’accordant à la folie des hommes, les ombres de Jacques Chessex et du Cendrars de Moravagine, deux écrivains qui mélangent avec un art consommé données historiques et inventions purement littéraires. La violence sacrée que Jérôme Lafargue évoque dans sa dimension incompréhensible et fascinante semble, elle, emprunter ses caractéristiques au Conrad d’Au cœur des ténèbres tout autant qu’à Cormac McCarthy.

Juan Asensio Valeurs actuelles, 3/10/2010

Protéiforme et instable comme du Bolaño.
Bien caché derrière un titre trompeur (indice : il s’agit du nom d’une librairie) et une morne façade de saga champêtre, ce deuxième roman du mystérieux Jérôme Lafargue se déploie comme une grosse fougère sauvage, protéiforme et instable comme du Bolaño. Écrit « entre Orthez, Biscarosse-Plage et Nairobi » et situé dans une Nature magique « pullulante de lieux de culte », ce récit « affamé d’irréalité » (formule à jalouser) couvre quatre générations et autant d’histoires en étoiles, et cache en son cœur un nœud ésotérique totalement délirant liant Au cœur des ténèbres et le Comité Invisible, le Blair Witch Project et Aloysius Bertrand. On ne saisit jamais bien pourquoi se raconte ce qui s’y raconte mais, gageure, c’est passionnant tout le temps. On mise toute notre épargne sur Jérôme Lafargue.

Olivier Lamm Chronicart, déc-janv 2009

« Il est difficile de se faire une place dans le monde lorsque l’on est l’arrière-petit-fils d’un occultiste aux pouvoirs effrayants, le petit-fils d’un aviateur lunatique et le fils d’un surfeur de légende. » Habiter le monde est un travail de romantique, rien de mieux que la forêt pour en éprouver la densité. L’exploration bucolique se double d’un enfoncement dans l’histoire de Cluquet, village de la famille et de ses secrets, ainsi que dans une histoire d’amour qui se termine en insurrection à venir. Car ce nouveau Walden prône finalement plus le retour à l’humanité qu’à la nature, et ses arbres cachent la sédition : « Nous serons ceux avec qui la terre elle-même s’est alliée pour défier le reste du monde. »

Éric Loret Libération, 22/10/2009

La satisfaction d’avoir déniché la perle rare, le plaisir de rencontrer un texte, l’engouement pour un auteur, l’envie de faire du prosélytisme à tout crin […] Le responsable de cet enthousiasme est Jérôme Lafargue. Dans les ombres sylvestres est envoûtant, déroutant, facétieux, bigrement malin et jubilatoire.

Emilie Librairie La Machine à lire, Bordeaux

On est pris par la simplicité du récit mais aussi par tout ce qui n’est pas écrit, tout ce qui résonne. Un beau livre qui réserve bien des surprises.

Romain Librairie des Danaïdes, 18/09/2010

Forêt, mystère et subversion… Un magnifique roman empreint de fantastique, sur le thème de la révolte et de la filiation. A découvrir absolument.

Claudine Médiathèque de Massy

L’écriture est fluide et agréable, parfois teintée d’un lyrisme un peu «délirant» qui contribue à recréer l’atmosphère envoûtante que requiert l’intrigue.

A.C. Corbin de Mangoux Les Notes bibliographiques, 13/10/2009

Une communion un peu surnaturelle, magique, mystique…

Un roman d’une facture excellente