à paraître
De toutes pièces

Lire un
extrait
Cécile Portier

De toutes pièces

C’est l’œil qui fait la curiosité. C’est le portefeuille qui en fait la valeur.

Des Esseintes dans la ZAC […] Face à ce livre, on est face à un de ces artefacts curieux, de ces livres composés comme des dispositifs vertigineux, dont les entrées sont autant de prismes reflétant un monde «fabriqué de toutes pièces» par notre regard.

Lucien Raphmaj Diacritik

Un curateur a carte blanche pour constituer ex nihilo un cabinet de curiosités. Tout puissant, il peut payer sans compter pour acquérir les choses les plus extravagantes. L’enjeu est de produire du luxe.

« On m’a donné un budget. Et un cachet. On m’a promis de l’argent, beaucoup d’argent. Il faut que ce soit le plus beau. Que rien n’y manque. Que ça réponde aux lois du genre. Et que cela soit fait vite. J’aurais dû, bien sûr, refuser. Répondre aux lois du genre et aller vite, c’est antinomique. Mais voilà : l’argent a cette vertu, de suppléer à tout ce qui peut manquer. Même au temps. »

Cécile Portier scénographie un petit musée de l’absurde… La critique tragi-comique d’un certain milieu de l’art où l’argent dispense de se poser la question du sens et de la valeur réelle des choses.

Véronique Rossignol Livres Hebdo

«C’est une délectation un peu malsaine, très fin de siècle : le fruit de beaucoup de détournements, de toutes les concentrations décadentes du pouvoir et de l’argent. Les riches, aiment-ils l’art ou l’argent?»

Acheter ce livre Lire un extrait Partager
Cécile Portier Cécile Portier

Cécile Portier

Cécile Portier est née en 1968. Elle travaille au ministère de la Culture (actuellement sur la conception du projet des Ateliers Médicis, à Clichy-sous-Bois / Montfermeil) et mène ...

Lire plus
  • Enjeu : produire du luxe mais rester dans l’ignorance du commanditaire.
  • Un règne absolu sur les choses qui devient une servilité sans condition envers un maître sans visage.
  • A la tête d’un absurde supermarché, il ne reste plus que la subversion du sabotage.