Le Renvers

Lire un
extrait
Robert Alexis

Le Renvers

Le renvers, dans la beauté de sa prose est un somptueux et inquiet recueil […] Robert Alexis y déploie une grande élégance stylistique, une belle capacité à s’approprier des atmosphères, à faire jouer toutes la palettes de ses phrases pour restituer la diversité d’une vie qui flamboie dans chacune des nouvelles.

Marc Verlynde La Viduité

« On n’est pas fait pour le monde commun, composé pour les paresseux, les peureux, gens morts dès la naissance, des larves dans la vase des temps, pauvres pensées ! plaisirs de quelques minutes, une corde de rappel tressée par la raison, un harnais de sécurité, des chiffres, des arguments, des discours, des justifications, des prétextes, éternelle mise à distance de l’être sous l’impossible. Je ne veux pas, je ne veux plus être à distance de l’impossible et de l’horreur. Je file droit vers eux. On y fera une pêche miraculeuse. On y gagnera une autre vie, une âme neuve. »

Des personnages aux instants de leur vie où tout se joue, quand on ne se résout plus à être ce que l’on était, quand on prend le risque, peut-être fatal, d’un pas de côté. Autant d’expériences fortes dont on ne revient pas. Etonnement et sidération qui marquent une seconde naissance. L’entrée dans le monde quand on n’était, avant, qu’en sa périphérie : Le Renvers.

Il n’est jamais trop tard pour découvrir la langue envoûtante, précise et musicale qui se déploie à travers ces onze nouvelles en alternant les époques et les lieux, en faisant osciller ces récits entre noirceur et lumière. En quelques phrases, Robert Alexis crée une atmosphère unique qui témoigne d’une sensibilité aiguë. Une très belle découverte !

Caroline Les Traversées, Paris

Mordre à la vie leur suffit. Cela, Robert Alexis, avec son écriture souple et envoûtante, passant d’une atmosphère à l’autre en affûtant son vocabulaire et en brossant des décors adéquats, le transmet parfaitement, lui qui sait quitter ses personnages au bon moment, sans avoir recours à la fatidique chute finale, les laissant simplement poursuivre (ou pas) leurs aventures au bord de l’inconnu.

Jacques Josse Remue.net
Acheter ce livre Acheter l’Ebook Lire un extrait Partager
Robert Alexis Robert Alexis

Robert Alexis

Romancier et nouvelliste, Robert Alexis n’en finit pas de multiplier les figures d’une personnalité ambiguë, plurielle, autant de facettes qui empêchent de le catégoriser. Son œuvr...

Lire plus

Une remarquable maîtrise de la langue française, tant sur le plan lexical que syntaxique qui, avec cette facilité semblant naturelle caractérisant les plus grands, nous emporte […] Une écriture ne cherchant pas à être moderne mais qui n’a rien pour autant de suranné.

Emmanuelle Caminade L'Or des livres

Ce recueil de onze nouvelles exceptionnelles nous emmène dans l’exploration de chaque nuance de notre être. La lecture de cette galerie de portraits nous aide à prendre le risque d’expérimenter le Moi comme une infinité de possibles […] Une qualité littéraire imparable, un style d’une grande pureté au service de la quête de l’Absolu.

Elsa Chataignier Decitre Confluence

Un titre englobant suggestif et intrigant, pour dire à la fois ce qui est à l’envers et le coup qui renverse […] Dans la concision inhérente à la nouvelle, l’écriture est à la fois dense et poétique et enveloppe d’un halo, chaque fois différent, les instants de vie de ces personnages éphémères … qu’on n’oubliera pas.

C.B. et J. G. Les Notes bibliographiques

Envoûtée et chahutée par les nouvelles vénéneuses que forment Le Renvers de Robert Alexis. Immense coup de cœur ❤❤❤ L’auteur met en exergue les êtres qui se dépassent, qui sont dans le mouvement, des personnages allant au bout jusqu’à la transgression quoiqu’il advienne. Dans la veine de Conrad, Melville ou bien encore Tolstoï, ces nouvelles souvent dérangeantes interrogent, provoquent le lecteur. Un sacré tour de force ! Des mots qui frappent juste ! Intemporel et magnifique !

Valérie Schopp L'Arbre à mots, Rochefort

Un recueil de nouvelles d’une qualité exceptionnelle, énorme plaisir de lecture, et quelle écriture !

Sébastien Lavy Page et Plume, Limoges

«Je veux un (petit) peuple de lecteurs affamés par le vrai, pas par le spectaculaire endimanché des idées rebattues dans les cercles associatifs. Je souhaite un (petit) peuple de monstres à mon égal, une monarchie de vilains. Il reste beaucoup à faire, et pour cela il faut être léger comme Ariel, et profond comme Prospéro.»