à paraître
Trencadis

Lire un
extrait
Caroline Deyns

Trencadis

Le grand roman qu’on attendait sur Niki de Saint Phalle

Le roman de Caroline Deyns est puissant, guerrier, étincelant, étouffant, palpitant, angoissant, solaire. Le regard de Niki vous traversera de part en part, c’est tout le bien que je vous souhaite. Coup de ❤️ éclaté-éclatant.

Fanny Nowak Le Grenier, Dinan

«Je montrerai tout. Mon cœur, mes émotions. Vert - rouge - jaune - bleu - violet. Haine -amour - rire - peur - tendresse.»

Niki hait l’arête, la ligne droite, la symétrie. A l’inverse, l’ondulation, la courbe, le rond ont le pouvoir de déliter la moindre de ses tensions. Délayer les amertumes, délier les pliures : un langage architectural qui parlerait la langue des berceuses. Aussi vit-elle sa visite au parc Güell comme une véritable épiphanie. Tout ici la transporte, des vagues pierrées à leur miroitement singulier. Trencadis est le mot qu’elle retient : une mosaïque d’éclats de céramique et de verre. De la vieille vaisselle cassée recyclée pour faire simple.

Si je comprends bien, se dit-elle, le trencadis est un cheminement bref de la dislocation vers la reconstruction. Concasser l’unique pour épanouir le composite. Broyer le figé pour enfanter le mouvement. Briser le quotidien pour inventer le féérique. Elle rit : ce devrait être presque un art de vie, non ?

Biographie? Roman? Qu’importe! Vivant, déroutant, original et brillamment construit: Niki de Saint Phalle méritait au moins un hommage de ce calibre (explosif!), qui nous fait parcourir des moments de sa vie comme on descendrait un torrent et nous interroge sur l’art, la condition de femme, l’amour et la résilience (?). Absolument passionnant et fascinant !

Emilie Librairie Pantagruel, Marseille

Magnifique intrusion littéraire dans la matière de l’artiste, c’est fort, diversifié, coloré, douloureux et vivant comme ses œuvres. Par le biais de regards extérieurs, d’introspections imaginées, l’artiste, la femme déchirée, la femme libre, l’œuvre nous sont déchiffrés, dévoilés. C’est un livre qui dépasse le cadre de la biographie, un très beau et passionnant roman, hommage à Niki de Saint Phalle et aux femmes…

Graziella Wierzba L'Eclectique, St Maur-des-Fossés
Acheter ce livre Lire un extrait Partager
Caroline Deyns Caroline Deyns

Caroline Deyns

Originaire de Valenciennes, Caroline Deyns vit et enseigne à Besançon. Elle est l’auteure aux éditions Philippe Rey de Tour de plume (2011) et de Perdu, le jour où nous ...

Lire plus

Le portrait de Niki de Saint Phalle mais surtout celui des femmes qui veulent être libres. Ebouriffant tour de force littéraire où les phrases dansent et implosent en courbes, se délient avant de faire sens.

Cyrille Falisse Librairie Lo Païs, Draguignan

Touchée au ❤️. Une plongée bouleversante dans la vie de Niki de Saint Phalle, femme étonnante, puissante, qui se réinvente grâce à son art. Un roman incisif, rythmé, passionnant sur une créatrice iconoclaste. Un incontournable de la rentrée littéraire.

Valérie Schopp L'Arbre à mots, Rochefort

J’ai beaucoup aimé. Fond et forme, la vie et l’œuvre, tout parle et se répond. C’est extravagant mais généreux. On sent l’admiration de l’auteur pour l’artiste et son envie de la partager. Et les passages qui décrivent tableaux et sculptures arrivent comme une évidence dans le flux de la narration, c’est très beau. J’aurai grand plaisir à le conseiller.

Sophie Garoya La Nouvelle Librairie Sétoise

Le portrait est d’une grande  finesse […] L’auteure ne passe rien sous silence : aspects destructeurs ou fantasques de la créatrice, fulgurances, faiblesses, complexité, sensualité, volonté farouche, puissance quasi surnaturelle. Un roman biographique à la forme originale et maîtrisée, qui sert remarquablement le destin poignant d’une femme forte et fragile à la fois.

Une mosaïque d’éclats de vie, d’éclats de rire, d’éclats de peines et de drames. Caroline Deyns transcende nos appréciations et appréhensions esthétiques pour nous plonger dans les états d’âmes de l’artiste, de celle qui choisit, plus que les autres, la création. Avec Niki de Saint Phalle comme avec Caroline Deyns, «le voir» n’est pas «le regarder», c’est quand le joli devient beau, que les émotions prennent le dessus, que vous savez que vous êtes devant du grand art.

Gilles Perrotin Le Marque-Page, Quintin

Une superbe découverte !

Clémentine Librairie Au chat lent, Challans

Un très bon cru pour la rentrée littéraire ! J’ai adoré !

Myriam Librairie Clareton, Béziers